©DR

Expérimentations arts et sciences

Pierre Philippe-Meden & Johan Swartvagher // Frédérique Fogel & Dimas Tivane

60 min / Dès 10 ans / Festival / Coproduction

  • Création 2024, Format long, Salle
  • Art / Science
  • Texte
  • Frontal
  • Hors les murs

Représentation(s)

Depuis 2022 la Maison des Jonglages et l’Atelier du Plateau s’associent pour coproduire et présenter des oeuvres collaboratives dans le cadre de soirées dédiées à des expérimentations arts et sciences. Le public est invité à entrer dans un laboratoire où chercheur·euse·s et artistes vont dialoguer puis partager leurs pratiques et leurs savoirs à travers des formes inédites entre art et recherche scientifique.

Critique jonglée du corps sportif

La scène est une rencontre. L’un défend une critique du modèle olympique et du corps sportif comme paradigme du corps occidental, fonctionnel, scientiste, en termes de centimètres, de grammes et de secondes. L’autre se fait mal depuis l’enfance à travers la course à pied et le jonglage, mais rêve sans l’avouer de participer à la cérémonie d’ouverture des JOP de Paris. Entre corps sportif et corps poétique, quelle perspective ? Enfermés ensemble dans un espace-temps circonscrit, sortiront-ils de leur dispute sans égratignure ?

Pierre Philippe-Meden

Pierre Philippe-Meden est enseignant-chercheur, maître de conférences en cirque (histoire et esthétique) au Département Théâtre et spectacle vivant de l’Université Paul-Valéry Montpellier 3 où il est responsable de la licence d’études théâtrales. Membre de l’Unité de recherche RiRRa21 (représenter, inventer, la réalité du romantisme au 21e siècle), ses travaux portent sur les imaginaires, esthétiques, sensibilités et représentations du corps humain. Elles articulent les champs disciplinaires des sciences du sport et des arts du spectacle vivant. Publications significatives : « L’obscène des performing arts au Festival d’Avignon », in P. Frei et N. Labère (dir.), L’obscène, mode d’emploi, MSHA, « PrimaLun@ 16 », 2022, p. 55-65 ; [avec P. Warnery] « Marie France ou la Marilyn du défilé-spectacle Mugler-Follies », Revue d’Études Culturelles, 9, 2022, p. 41-51 ; [avec Luc Robène ] « Information et communication : vers une éthique de la médiatisation sportive », Jurisport, 225, 2021, p. 29-31.

Johan Swartvagher

 Sa pratique croise arts du cirque et arts de la rue et se déploie dans différents espaces de la création contemporaine.
Lauréat SACD-Auteur de la création jonglée 2017, il oeuvre au sein de différents collectifs. Après avoir fondé et participé à la F.A.A.A.C. – Formation Alternative et Autogérée aux Arts du Cirque en 2006, il crée les performances Mars 07, Sans Titre, Ceci n’est pas un urinoir et La Réconciliation (duo jonglage/photographie avec Bertrand Depoortère) au sein du collectif interdisciplinaire Martine à la Plage.
Présent sur le territoire angevin depuis plusieurs années, il a notamment collaboré avec la Paperie (Centre National des Arts de la Rue). Avec le collectif Protocole, il co-écrit Monument et Périple 2021, création lauréate du dispositif « Écrire pour la rue » (SACD et Direction Générale de la Création Artistique). En 2022, il crée le spectacle Les Fauves, co-signé avec Eric Longequel / Cie EaEo, création sous un chapiteau bulle qu’il commande au collectif d’architectes Dynamorphe. Le spectacle a notamment été joué avec le Grand T à Nantes dans le cadre du « Voyage à Nantes » en novembre 2022 et dans toute la France.
Dans le cadre de ses projets il collabore avec différents artistes. Metteur-en-scène ou regard extérieur pour plusieurs compagnies de cirque ou de danse, il invente des synergies entre performance et arts plastiques. Après une résidence au Cyclop en 2018, il crée une performance insitu en dialogue avec l’oeuvre de Jean Tinguely et d’Hans Walter Müller. Pour le spectacle Périple 2021, il invite la plasticienne Chloé Dugit-Gros comme « grande témoin » pour la réalisation d’une oeuvre plastique (une tapisserie) en lien avec la performance. Artiste associé au Pôle National Cirque du Mans, il développe différents projets entre performances in-situ, expositions et éditions :
une publication Souvenir d’un souvenir (direction : Élisa Martin et Florence Schroeder)- en lien avec le spectacle Les Fauves – et l’exposition d’un triptyque autour des « Chapiteaux Utopiques » réalisée en collaboration avec trois architectes.

Une anthropologue et un jongleur

Imaginez un instant que nous avons aussi convié une anthropologue,

– Mais qui est-elle donc ?

– Je comprends tout à fait votre interrogation !

Et un jongleur,

– Mais qui est-il donc ?

– Votre question est également très pertinente !

À se rencontrer autour de leur centre d’intérêt, parenté, jonglage, musique, migration, chant,

– Tout ça ?

– Oui la synthèse est possible !

– En 30 minutes ?

– Oui pourquoi cela vous surprend ?

Imaginez-les donc dans une salle de répétition ou un bureau, à l’abri des regards, des oreilles indiscrètes (même les nôtres !), en pleine réflexion, soupesant le pour et le contre, observant leurs pratiques respectives et finalement allant jusqu’à se demander ce que la Maison des Jonglages attend de leur collaboration (oui je vous assure jusque-là !).

Au moment de boucler ce programme nous guettons un signe de leur part, un sms, un mail, ou un coup de téléphone pour en savoir plus, MAIS la tâche doit être vraiment trop captivante !

Suivez de près nos mises à jour sur le site de la Maison des Jonglages pour connaître tous les détails de cette soirée assurément savante et rebondissante !

[Distribution]

  • Co-auteur chercheur :
  • Pierre Philippe-Meden
  • Co-auteur jongleur :
  • Johan Swartvagher
  • Dimas Tivane
  • Co-autrice chercheuse :
  • Frédérique Fogel
> Plus d’informations sur le spectacle et la compagnie