L'incroyable histoire du freaky jazz quintet

Compagnie un pied sur la planche
en résidence : 15 > 25 jan

 

L'incroyable histoire du freaky jazz quintet

A nos yeux, un spectacle est plus riche lorsqu’il est libre de se nourrir des différentes manières d’aborder la scène. Les Arts du cirque constituent le socle de notre conception artistique : jeu physique, performances techniques, effets magiques, traitement visuel du spectacle vivant. La Construction plastique donne une vie matérielle à notre imagination dans un univers style Fantasy : marionnettes, accessoires, scénographie et costumes. Par le Théâtre nous incarnons avec humour les protagonistes de l’histoire : jeu d’acteur, clown, dramaturgie, traitement d’un sujet sociétal important.
Ce spectacle est un conte visuel dans lequel cirque, marionnette, musique et magie nouvelle sont au service des grandes questions afférentes à la mort. « L’Incroyable histoire du Freaky Jazz Quintet » offre différentes grilles de lecture. Libre à chacun de se construire une opinion.

 

La compagnie

C’est en 2008 à Toulouse que nous partageons notre première scène. Jérémy est le présentateur du gala dans lequel Julie joue son numéro de jonglerie de chapeaux : « La Plantacule ». En 2014, Jérémy joue la musique live de ce numéro : violoncelle et bruitage. De cette première collaboration va se dégager différentes pistes de travail toujours présentes dans notre recherche : les objets qui prennent vie, la transformation des corps, le passage du réel à l’imaginaire, le monstrueux, ainsi que le détournement des codes sociaux et des codes de jeu.

La même année, sur l’initiative de Jérémy, nous montons un spectacle de contes à faire peur d’une heure. Cette expérience d’écriture commune nous à révélé notre complémentarité et notre point commun : nous ne cherchons pas à impressionner une élite, nous jouons pour les gens car nous aimons l’humain. Cet échange nous donne aussi l’envie d’aller plus loin, en prenant le temps de monter un spectacle plus abouti dont nous précisons le sujet : la mort.

Jérémy est depuis toujours fasciné par les contes d’horreur et par la peur que suscite la mort. Il cultive un grand bagage cinématographique et littéraire sur la question et ne cesse de l’exploiter dans ses diverses créations artistiques. Julie quant à elle questionne la conception philosophique de la mort. Dans certains pays les morts sont fêtés en grande pompes dans d’autres ils font parti de la vie. Et si on pouvait s’inventer notre propre façon de concevoir la mort, à quoi ça ressemblerait ? Nous choisissons de composer avec nos deux angles de vue sur le plateau.

Résidence à la Maison des Jonglages : du 15 jan au 25 jan

Distribution : 
Conception et création des marionnettes, accessoires et décors : Camille Paysant
Conception et réalisation des systèmes interactifs : Antoine Costes
Dans le rôle de Suzanne : Sissi Phylis
 

La compagnie est à la recherche de lieux de résidence et de coproduction pour 2017/2018