Ce(s) petit(s) moi(s)

Cie Alg
résidence terminée (8 > 12 février 2021)

 Jonglerie Marionnettique 

En perpétuel vagabondage mental, Wernicke une jeune femme atteinte de mutisme, aimerait bien comprendre d‘où provient ce brouhaha incessant. Dans l’incapacité de communiquer oralement elle se réfugie dans sa tête et entre en dialogue avec Broca son « autre soi ».
Les pensées prennent vie, la marionnette devient un support d'expression, un médiateur, un passeur entre le désir de dire face à l’impossibilité de le verbaliser. Dans cette quête identitaire, les chapeaux représentent les conflits internes qui nous traversent.

Cette création sans parole qui mêle art de la marionnette et manipulation d’objets s’interroge sur les consciences du soi. Elle remet au gout du jour la grande question cartésienne de la dualité de l’esprit et du corps. Alors, comment le langage du corps, vecteur d’émotions pourrait-il nous aider à explorer les différents états du moi ?

 

La compagnie

La compagnie ALG voit le jour en 2018, sous l’impulsion de l’artiste pluridisciplinaire Amélie Le Gars. Elle a pour objectif d’explorer les transversalités des arts vivants. Amélie se forme à l’EDT 91 où elle étudie le théâtre, le chant et la danse. Très vite, elle décide d’aller se confronter à l’espace public, où elle découvre les joies de l’improvisation et la liberté de créer. Sur la route pendant de nombreuses années, c’est en Amérique latine que les arts du cirque croiseront son chemin.
En 2018, avec l’aide de Jérôme Leberre (Cie Alchymère, Cie sans gravité) elle crée « Méligotée », fable poético-mélancolique. « Ce(s) petit(s) moi(s) » est la forme longue émanant de ce numéro.

 

En résidence à La Maison des Jonglages : 8 > 12 février

Ecriture, interprétation, mise en scène, création plastique :  Amélie Le Gars

Aide mise en scène et écriture dramaturgique : Benjamin Haegel

Constructeur mécanique marionette : Antoine Serin et Amélie Le Gars

Copyright :  Saphia Arezki

Contactcompagniealg@gmail.com